Nés pour manger autre chose que des clémentines

Ma mère était anorexique.

Quand j’étais petite, je me cachais derrière un fauteuil pour manger des pop-tarts aux bleuets. Je ne voulais pas que ma mère me voit en manger. À l’école secondaire, je mangeais des clémentines pour dîner, et à la maison je mangeais toute une boite de Cheerios. Je ne voulais pas avoir un semblant de ventre gonflé sous mon t-shirt bleu pastel à l’encolure bâteau du Château.

Je n’ai jamais été anorexique ; j’ai toujours voulu des fesses plus rondes.

Mes obsessions étaient ailleurs, malgré mon t-shirt du Château et les miettes de pop-tarts que je laissais partout, et je n’aime pas quand la nourriture devient une obsession.

Pour moi, la rigidité alimentaire est le symptôme d’un désordre autre qu’alimentaire. Ma mère mettait un cadenas sur la porte du garde-manger. Une copine compare ceux qui aiment le bacon à Hitler.

J’aime ceux qui laissent libre, je sais que je parle souvent d’allaitement et ce n’est pas pour convaincre qui que ce soit d’allaiter, je sais que je suis maman à la maison et hell no, ce n’est pas pour convaincre d’autres parents de l’être aussi, j’aime ceux qui laissent libre, j’aime laisser mes enfants manger des mûres dans leur bain et j’aime goûter les tartinades aux noix de cajou que mon mec fait, mais j’aime aussi manger ce qu’on me propose, sans avoir le ventre qui se resserre par peur d’être une sympathisante nazie.

Quand je suis tombée sur ce fragment de quotidien de Georgia, la photographe et blogueuse derrière Documenting Delight, j’ai souri, soulagée par une attitude aimante et ouverte. Georgia est végane. Sa fille de sept ans est végétarienne. Son fils de six ans aime la viande. Ses enfants sont hyper expressifs et choux.

Documenting Delight Nourriture

« We have one vegetarian child (by choice) and one meat eating child (by choice) they are discussing in the backseat.

7yo: I just think… I don’t understand why you think it’s okay to kill animals to eat them! It’s so mean!

6yo: Well, like, I fink, I just can’t help it! [smacks lips] Dere… dey just so yummy!

7yo: You CAN help it, there are lots of yummy things that aren’t animals Theo.

6yo: Yeah, but… I fink, I was just born dis way. You know, Lady Gaga said dat. I was just born dis way. »

Publié dans yummy | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Les plus belles décorations de Saint-Valentin ne sont pas au Dollorama ni sur Pinterest

pinterest mimi 5

Mes décorations de St-Valentin ne se retrouveront jamais sur Pinterest.

pinterest mimi

pinterest mimi 4

pinterest mimi 2

Ce n’est pas grave du tout.

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Pour oublier le caramel brûlé

jemima-26-thumb par the glow

Le matin, quand je brûle le caramel salé que j’avais promis aux enfants, je sacre. Après je bois un jus vert délicieux que mon chou me prépare avec pomme verte/kale/kiwi.

Les enfants et moi dansons quand la machine fait trop de bruit, nous dansons et tournons et je suis étourdie mais je lutte et je continue de tourner parce que les enfants aiment trop ça.

Quand je suis enfin apaisée et que je n’ai plus envie de me cacher sous la table pour me traiter de tous les noms (j’ai raté mon caramel salé! promis aux enfants!), je sors la pâte à modeler et je lis des articles sur le web.

J’en ai quelques uns à vous proposer. Enjoy!

photo Myriam Lafrenière nos fils

photo par Myriam Lafrenière

Avoir un fils, de Myriam Lafrenière. Elle aime pouvoir dire, tout simplement, “mon fils”. Quand elle l’écrit, j’entends sa voix, et c’est vrai que c’est beau, l’entendre. Son fils est un blanchon, un an plus vieux que mon dragon, les deux foutent joyeusement et violemment le bordel en deux minutes, et j’aime retrouver me retrouver, un peu, avec mon fils, dans ses mots et son amour.

Extrait: “Avoir un fils, c’est vivre le complexe d’Œdipe à fond. Pour lui, je suis une reine, une héroïne, un objet d’amour infini. C’est intense, mais ça le rend poète. Un jour de vent, il m’a dit « J’aimerais ça qu’on s’envole juste nous deux. Toi, moi, dans le vent. »

Why the British tell better children’s stories, de Colleen Gillard. Harry Potter vs Tom Sawyer. La littérature jeunesse britannique emprunte plus à un univers de fantaisie et de magie. Aux États-Unis, le réalisme l’emporte. Et le moralisme aussi.

Extrait: ““Kids think through their problems by creating fantasy worlds in ways adults don’t,” Griswold says. “Within these parallel universes, things can be solved, shaped and understood.” Just as children learn best through hands-on activities, they tend to process their feelings through metaphorical reenactments. “Stories,” Griswold noted, “serve a purpose beyond pleasure, a purpose encoded in analogies. Story arcs, like dreams, have an almost biological function.”

jemima-19-thumb par the glow

Girls star Jemima Kirke opens up about her acting, art and abortion, de Sarah Sophie Keller. J’ai arrêté d’écouter Girls après la première saison, mais j’adore suivre le parcours de l’actrice Jemima Kirke. Elle semble sans bullshit, à parler de son isolement quand elle était une jeune maman pour la première fois, de son avortement, de son art, qu’elle délaisse parfois parce que c’est difficile de faire tout/d’être tout quand on a des enfants.

Extrait: “I got embarrassed when I had kids. I felt like when I did it, and then I was complaining that I didn’t have time to paint, people thought I’d fucked up. Like, I should’ve chosen one or the other. Women are not allowed to have both. It feels like a personal failure. And then because of that embarrassment, there’s the need to prove you can do both really well, and then you’re burning the candle at both ends and you’re not doing either job very well. You’re not being a good mom, and you’re not doing well at work.”

Publié dans dépendance littéraire, yummy | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un président joyeusement aimé par ses esclaves?

martin-luther-king-jr-1956

*** FILE *** Dr. Martin Luther King Jr. and his wife, Coretta Scott King, sit with three of their four children in their Atlanta, Ga, home, on March 17, 1963. From left are: Martin Luther King III, 5, Dexter Scott, 2, and Yolanda Denise, 7. Yolanda Denise King, daughter and eldest child of civil rights leader the Rev. Martin Luther King Jr., has died, said Steve Klein, a spokesman for the King Center. King died late Tuesday May 15, 2007 in Santa Monica, Calif., at age 51.  (AP Photo)

Hier c’était la journée célébrant Martin Luther King.

Une maison d’édition jeunesse a trouvé que c’était un bon moment pour publier un livre célébrant George Washington: A Birthday Cake for George Washington, par Ramin Ganeshram. Dans ce livre pour enfants, le président des États-Unis se montre bienveillant avec ses esclaves.

George Washington et ses esclaves

Les esclaves ont tous l’air joyeux et une éditrice enthousiaste de Scholastic a d’abord expliqué que le président admirait beaucoup l’esclave qui lui préparait des gâteaux.

C’est horrible, comme traitement de faits historiques. George et Martha Washington encourageaient plutôt les punitions envers leurs esclaves et niaient leur envie d’égalité et de liberté.

Les livres ont finalement été retirés du marché, la maison d’édition Scholastic s’excusant d’avoir dépeint faussement la réalité des esclaves.

C’est grâce à la militante Bree Newsome, connue pour avoir retiré en juin 2015 le drapeau confédéré flottant au Capitole de Washington, que j’ai pris connaissance de ces livres insultants.

bree

bree2

 

Publié dans bof, dépendance littéraire | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Gourmand

charles intéressé par les biscuits

Mon fils, très intéressé par les biscuits bdsm affichés dans le métro. Il en veut tout plein, qu’il dit, des biscuits comme ça et du caramel salé.

Publié dans yummy | Tagué , | Laisser un commentaire

Une année et avoir envie de tout

voeux de JAcques Brel

J’ai trouvé ce voeu sur le mur Facebook d’une copine inspirante, Jacinthe Laporte.

Je vous souhaite, avec quelques jours de retard, une belle année 2016. Douce. Heureuse. À redéfinir l’importance des petites et grandes joies. À ne pas détester les larmes, à apprivoiser chaque jour ce que vous êtes, avec ou sans peau sèche, avec des rêves la nuit ou le jour ou toujours.

buzzfeed

Si vous voulez rire, je vous laisse sur ce billet de Buzzfeed se moquant un peu de mères euh impressionnantes.

 

Publié dans célébrations, célébrités | Tagué , | 1 commentaire

Des biscuits et un dinosaure de neige

faire des biscuits

photo par Myriam Lafrenière

Je voudrais tous les jours me lever après huit heures de sommeil, en chandail de laine très chaud trouvé au Village des Valeurs et petite culotte, et faire des biscuits pendant que les enfants m’aident/écoutent Peppa Pig/se demandent qui les observent le plus entre Jésus et le Père-Noël.

Les vacances, c’était ça, c’était faire une vingtaine de biscuits par jour, porter le même chandail cinq jours de suite, avoir les joues rouges, le coeur presque léger, manger des kiwis avec de la crème fouettée, écouter les confidences de nièces, admirer mes nièces et leur résilience, la joie de ma fille, lire les mots d’une amie qui compare sa fille à une agrandisseuse de coeurs, et me dire, oui, c’est ça, mon amie aussi et ma fille aussi.

VP 1

VP 4

Montréal en Fêtes, sous la pluie de décembre

Les vacances, c’était aussi me retrouver avec dix petites voitures et un garçonnet devant une médecin qui avait accepté de le voir très tard, juste parce qu’elle a un garçonnet du même âge elle aussi et qu’elle ne voulait pas qu’il souffre un jour de plus. C’était raconter des histoires de loups, de sirènes. Avoir le corps étampé de flocons de neige parce que ma fille avait décidé de s’improviser tatoueuse.

glisse un glisser 2

 

 

C’était aussi ma fierté d’avoir fait un bonhomme de neige tout mignon. Pour ensuite être plus excitée que les enfants de voir que mon mec, lui, avait fait une licorne de neige et un dinosaure de neige.

Publié dans célébrations, Mini Dragon, Mini Fée, papa chéri, yummy | Tagué , , , | Laisser un commentaire