Après la controverse

nurse in

Je ne veux plus écrire depuis une semaine, en fait, oui, je voudrais écrire, mais ça bloque, je me retiens, je ne sais pas quoi écrire, pour dire mes journées, pour raconter mes enfants qui ne veulent pas que mes amies rentrent chez moi, car ils ont vu trop de journalistes y entrer, je ne sais pas quoi écrire, pour raconter les insultes, grosse charogne opportuniste, violeuse, et une conseillère à la Ville de Montréal, qui dit que j’ai profité de la naïveté d’un sauveteur de seize ans.

Mais ce qui m’importe le plus, c’est de dire que malgré les insultes et la lenteur du maire de Rosemont à réagir et à intervenir pour dire qu’effectivement l’allaitement était légal partout, ce que je retiens c’est un mouvement de solidarité formidable. J’ai reçu des confidences de mamans, des photos de leur chou à leur sein, dans l’intimité de leur chambre à coucher, ou dans une piscine publique. J’ai reçu des messages qui m’ont permis de croire en ce que je faisais pour mes enfants, pour les autres mamans et leurs enfants aussi.

Si ça vous intéresse, voici quelques articles publiés au sujet de la controverse de la pataugeoire du parc Lafond, controverse qui n’aurait jamais dû en être une:

1. Le nurse-in de Rosemont ou pourquoi des fois les gens devraient se la fermer

“Sous cette grande introduction se cache mon désir de réagir aux commentaires qui ont été faits à l’endroit des mères qui ont décidé de se rendre à la sacro-sainte pataugeoire du quartier Rosemont Petite-Patrie à Montréal. Oui oui, sainte pataugeoire, parce qu’à lire les commentaires de certains individus, c’est à croire qu’elle est remplie d’eau bénite cette piscine, et qu’elle se transformera en feu de l’enfer si une goute de lait maternel y tombe.”

2. Allaitement à la piscine: aucun risque sanitaire tranche le ministère

“Le règlement sur la qualité de l’eau des piscines publiques ne restreint pas l’allaitement, confirme le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. « Le règlement ne touche pas à l’allaitement », dit la porte-parole du ministère, Audrée Lamothe-Cloutier.

De plus, le fait qu’un bébé allaité puisse régurgiter ne pose pas de risque pour la salubrité de l’eau, ajoute le ministère. « Le responsable n’est pas tenu de fermer la piscine et de désinfecter à la suite de la régurgitation d’un bébé », confirme Mme Lamothe-Cloutier. Le règlement force la désinfection des pataugeoires s’il y a présence de vomi ou de matières fécales seulement.”

3. La goutte de lait qui fait déborder la pataugeoire

“Pour elles, c’est un non-sens qu’un bout de peau, entr’aperçu entre deux tétées, dérange alors qu’on est bombardé tous les jours d’images de femmes dénudées dans les publicités, les magazines et les vidéoclips. Une femme qui utilise sa poitrine pour vendre de la bière crée-t-elle moins de controverse qu’une mère qui l’utilise pour nourrir son enfant ?

« Notre regard est conditionné socialement », souligne Lydya Assayag du Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF), qui se penche sur la question de l’hypersexualisation du corps des femmes depuis 15 ans.”

4. Cachez le sein de Mélodie

“Un jugement du Tribunal des droits de la personne qui date de 2005 a déjà traité de cette question houleuse.  «Comme le Tribunal l’a déjà souligné, l’allaitement n’est pas un geste d’exhibition, il s’agit d’un geste naturel intimement lié à la capacité d’une femme de donner naissance à un enfant » et « cette tâche est extrêmement exigeante et expliquent que peu de mères poursuivent toujours l’allaitement après une période de 2 mois. Il est permis de croire que, si l’allaitement était vu comme un geste naturel admis en public, les mères trouveraient la tâche d’allaiter moins lourde. »

Et malheureusement, les interdictions à allaiter restent d’actualité: une maman qui faisait son shopping chez Browns a allaité sa petite de cinq mois et un vendeur lui a dit de sortir de la boutique.

Une maman a ajouté à un billet de blogue une vidéo de Hollie McNish, une artiste de spoken word. Trop touchant.

« For God sake, Jesus drank it

So did Sidhartha, Muhammed and Moses and both of their fathers

Ganesh and Shiva and Brighid and Buddha and I’m sure they weren’t doing it sniffing up piss as their mothers sat embarassed on cold toilet lids

In a country of billboards covered in ‘tits’ »

Envie de rire? Une chanson rigolote, sur le pseudo exhibitionnisme en allaitant.

Merci à tout le monde qui m’a écrit des commentaires positifs, sur mon blogue ou en message privé. Vous m’avez beaucoup aidée. Et merci à mes copines qui m’ont supportée alors que je n’étais capable que de parler de mes seins pendant une semaine.

source photo: Philippe-Olivier Contant

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Après la controverse

  1. Je me doutais bien que ton silence sur ce blogue avait quelque chose à voir avec les « relents » de toute cette histoire. Que ça a dû être stressant et éprouvant de porter cette cause sur tes épaules!
    Je suis pleine d’admiration devant ton courage, devant ta détermination à défendre le droit des femmes d’allaiter en public. Surtout, le droit des enfants d’être nourris du lait de leur maman quand ils en ressentent le besoin.
    Merci mille fois, Mélodie, ce que tu as fait est important et en valait la peine.
    Je te fais la bise et je m’en vais allaiter ma petite cocotte avant le dodo 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s