Elle jure vraiment voir des illustrations – c’est peut-être aussi des traces de chocolatine sur les pages

(publié le trente-et-un octobre 2013)

moutier1 moutier2

 moutier3

Ma libraire préférée s’appelle Madame Annie. Elle donne parfois des autocollants à Mini Fée, qui l’embrasse à chacune de nos visites, même quand Madame Annie a du rouge très rouge sur les lèvres et que Mini Fée ne trouve pas ça propre – Mini Fée n’aime que mon Chanel à tendance clémentine, qu’elle s’applique dans les sourcils.

La dernière fois que je suis allée voir Madame Annie, je me suis procurée Frisson l’écureuil se prépare pour l’Halloween de Mélanie Watt, L’orangeraie de Larry Tremblay et Scellé plombé de Maxime Olivier Moutier.

Mini Fée pourrait regarder les images de Frisson ou me demander de lui lire Tout le monde fait caca, un livre emprunté à la bibliothèque il y a trois jours, mais elle préfère trimballer Scellé plombé partout avec elle, en m’indiquant qu’il y a des illustrations, tout plein de mots, en guise d’illustrations, et elle trouve ça merveilleux, même si moi, je sais, ce livre est merveilleux, mais d’un merveilleux qui s’effondre, qui ne fait que s’effondrer, dans l’absence, la coke, l’amour qui n’existe plus comme nous voudrions qu’il existe.

Publicités
Cet article, publié dans dépendance littéraire, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s