Des cartes postales à quatorze mois

(publié le vingt-huit novembre 2012)

carte-postale

Quand mon mec se réveille, Mini Fée se réveille aussi, ne pouvant résister aux bras de son papa. Elle tient à passer les cinq premières minutes de chaque journée collée contre son papa, à lui donner des coups de tête et des bisous et des morceaux de chocolatine dans les oreilles. Quand il s’en va, elle lui fait des au revoir encore plus élégants que si elle s’était entraînée toute sa vie pour être la Reine d’Angleterre, really. Après, elle monte sur son poney, me donne des morceaux de chocolatine dans les oreilles, insiste pour manger une poire en dix secondes et joue à la cachette.

Quand mon mec revient de son travail, il est parfois tard. Ces temps-ci, Mini Fée ne dort pas avant vingt-et-une heure, alors elle profite de son papounet. Sinon, elle ne le voit pas, il ne la voit pas et cela le rend tristounet. C’est pourquoi j’ai commencé à lui écrire des messages de la part de Mini Fée, des messages au l’endos de jolies photos d’elle, que je mêle à son courrier plus officiel. Je lui raconte ce qu’elle a fait pendant la journée et combien de fois elle a pensé à lui.

Ce n’est pas comme ses petits bras et ses bisous, mais je crois que ça plait bien à mon chéri.

Publicités
Cet article, publié dans Mini Fée, papa chéri, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s