Survivre les jambes ouvertes

(publié le onze janvier 2012)

Je lis en allaitant, toujours, un Vanity Fair, un roman policier zulu, du Jackie Collins bien sentimentalement trashy, la biographie de Helen Curley Brown, ou le magnifique recueil de nouvelles de Claudia Larochelle.

« Des nuits durant, j’ai laissé des hommes voir mon corps. Comme une armée de pilleurs, ils ont avancé sur mes seins, mes fesses, mes hanches, mes yeux fermés. J’ai ravalé souvent mes larmes. Tellement d’autres liquides aussi. Le goût du sel est entré en moi au même rythme que leur sève. Ils n’ont même pas su mon prénom, ils ne connaissent pas mon signe astrologique, ne sauront jamais que je survis, que je faisais l’amour pour reprendre mon souffle. » (Claudia Larochelle, Les bonnes filles plantes des fleurs au printemps, p.89)

Publicités
Cet article, publié dans dépendance littéraire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s